LIONEL
CAGNIART-LEROI

PSYCHOLOGUE à Paris
CLINICIEN - DU TRAVAIL

Consultation spécialisée
-
Souffrance et travail
-
Pathologies professionnelles
-
Accompagnement individualisé
-
Prévention des risques psychosociaux


28, rue Notre Dame de Nazareth
75003 PARIS

 
Port. : 06 09 37 21 23
Toujours laisser un message avec vos coordonnées. Je vous rappelle.

Courriel : e-mail

 

adeli
N° 75 93 2343 9

 

Siret :
N° 81936955400012


APE :
N° 8690F

 

Reseau consultation souffrance et travail

 

Télécharger photos presse: photo presse Lionel Cagniart Leroi Portrait 2018

   

REVUES SPECIALISEES :

yo

 

Pratiques N° 83

FAIRE AUTREMENT POUR (SE) SOIGNER
Octobre 2018 N° 83

Soigner le travail autrement.

"Pour soigner le travail, il faut le définir. Pour comprendre si on soigne les individus ou le travail lui-même, il faut connaitre le cadre légal de la prévention de la santé physique et mentale des salariés. Car le travail est d'abord affaire collective et l'investissement individuel subordonné."
Lire l'article

 

La revue Pratiques

 

ARCHIVES

 

Syndicat National des Psychologues

 

Bulletin Psychologues et psychologies n°261 d'avril 2019.
Épidémie de souffrance au travail.

La prise en charge de la souffrance au travail ne cesse de s'étoffer et de se diversifier. Pour autant, les vagues d'épuisement, de dépression jusqu'au point de non-retour du passage à l'acte suicidaire et impactant toutes catégories socio-professionnelles tels les agriculteurs, les policiers ou les médecins continuent comme une trainée de poudre… Un dossier où sont analysées et proposées des stratégies pour résister et se reconstruire. Si les obligations de sécurité de résultats des employeurs indélicats étaient respectées, on n'en serait pas là !

Dans ce numéro, mon article :

La trace comme rempart et l'écriture pour assurance
Pour certains dirigeants, écrire permet de rendre compte, vérifier ou évaluer. Une exigence des hiérarchies qui veulent conduire leurs services comme on pilote un avion sans regarder derrière. Pour eux, la traçabilité a le sens d'une preuve du travail effectué et peut aussi être un rempart contre l'éventuelle accusation d'un manquement institutionnel (notamment dans le médicosocial). Pour les subalternes, l'écriture est devenue une assurance pour résister aux mensonges, à la mauvaise foi, aux injonctions contradictoires, délirantes ou illégales. Car il s'agit de se prémunir des dysfonctionnements de l'organisation d'une entreprise qui pique du nez. Le paradoxe étant que ceux qui exigent des écrits au nom de la traçabilité, n'en supportent pas cette fonction quand elle n'est pas à leur service. L'écriture est donc un enjeu. Selon le grade et l'intérêt, elle est exigée ou récusée…

Bulletin Psychologues et psychologies n°256 de juin 2018.
Les violences institutionnelles.

Mon article :
Violences indicibles versus souffrances invisibles La douleur physique fut la première sur la longue route de la reconnaissance des maux du travail. La souffrance psychique, elle, ne figure toujours pas dans un tableau des maladies professionnelles reconnues. Il faut encore se battre pour qu'elle soit prise en charge. Tout se passe comme si on jouait à cache-cache avec les mots. Ne pas les prononcer pour ne pas les entendre et surtout ne pas voir les maux. La visibilité d'une lésion corporelle facilite la prise en compte de la douleur. L'immatérialité de la parole énonçant une souffrance invisible permet sa négation. Sourd et aveugle, une nouvelle compétence des employeurs ? Notre position n'est plus tenable face à cette violence. Lien