LIONEL
CAGNIART-LEROI

PSYCHOLOGUE à Paris
CLINICIEN - DU TRAVAIL

Consultation spécialisée
-
Souffrance et travail
-
Pathologies professionnelles
-
Accompagnement individualisé
-
Prévention des risques psychosociaux


28, rue Notre Dame de Nazareth
75003 PARIS

 
Port. : 06 09 37 21 23
Toujours laisser un message avec vos coordonnées. Je vous rappelle.

Courriel : e-mail

 

adeli
N° 75 93 2343 9

 

Siret :
N° 81936955400012


APE :
N° 8690F

 

Reseau consultation souffrance et travail

   

yo

 

 

Un thème central, le travail :

 

La notion de souffrance au travail fait elle-même débat (faut-il parler de « souffrance», de « risques psychosociaux », de « stress » ?) ; mais il est également pertinent de chercher à prendre en compte le plaisir au travail, ou encore les aspects collectifs du rapport à celui-ci. En effet, le travail est à la fois une source de contrainte et une possibilité de réalisation. Il peut engendrer le pire : la maladie mentale, la violence, voire le suicide. Mais il peut aussi engendrer le meilleur : le plaisir au travail, le vivre ensemble et l’accomplissement de soi. Comprendre la souffrance si médiatisée aujourd’hui, ses causes, ses manifestations, impose d’explorer, plus largement, la question du travail, de son statut, de son environnement et du rapport des travailleurs à leur travail.

Par exemple, comment reconnaître l’expression des souffrances personnelles et en même temps s’efforcer de la dépasser, tant au niveau de la connaissance que de l’action ? Quelles sont les causes de la souffrance, les moyens et formes de son expression, les manières de la mesurer, les instruments et les dispositifs employés pour la combattre ? Comment concevoir un travail différent ? Comment décliner ces interrogations, qui s’appliquent aussi et inversement à des rapports positifs au travail, à différents niveaux, de l’organisation économique globale et régionale, au poste de travail et à la figure du travailleur, en passant par l’entreprise ?

Pour répondre à ces questions, il faut examiner les formes d’organisation du travail et de gestion de la main-d’œuvre, les conditions de travail et les évolutions de la santé au travail, l’articulation entre travail et hors-travail (une dimension essentielle en Île-de-France). Il faut étudier l’activité des travailleurs eux-mêmes. Il ne faut pas négliger le rôle des acteurs, susceptibles de contribuer, sinon de provoquer, la souffrance ou l’épanouissement – et les systèmes de contraintes dans lesquels ils sont pris, ou les marges de manœuvre dont ils disposent. Les acteurs qui prennent en charge la souffrance au travail, voire se professionnalisent autour de cette thématique, sont aussi à prendre en compte : représentants du personnel et syndicalistes, cadres, consultants, médecins du travail et médecins soignants, psychologues, psychanalystes, avocats, experts, fonctionnaires, etc. La diversité des acteurs (travailleurs, employeurs, consultants, représentants de l’État et des collectivités territoriales, médecins, psychologues du travail, syndicalistes, etc.) et des logiques d’action qui les animent mérite d’être analysée, ainsi que celle des dispositifs et des politiques (politiques publiques, de branches, d’entreprises). Il faut être attentif aux processus qui conduisent à exprimer la souffrance ressentie au travail, parce que celle-ci peut avoir des conséquences encore plus graves lorsqu’elle ne peut pas se dire. Cet examen doit se faire dans une perspective historique : n’est-il pas, en effet, paradoxal que le travail soit considéré comme un facteur de souffrances et de pathologies susceptibles d’affecter la vie hors travail, à un moment où il occupe une moindre part du temps de vie ?

Il est intéressant de lire le projet scientifique du groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail qui traite des questions suivantes :

- Déni, expression et objectivation de la souffrance au travail et du rapport au travail

- Causes et conséquences des maux du travail

- Travail et travailleurs, temporalités et territoires - Limiter les risques ou émanciper le travail ? Quelle conception de l’action ?

div

Lien :

le projet scientifique du groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail

http://gestes.net/orientations-scientifiques/#deni

 

div